Ellys - Quand on ne voit plus à travers les yeux...


Partagez | 
 

 Ellys - Quand on ne voit plus à travers les yeux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Un petit soumis ♥

avatarJe suis Ellys Matthew
Et je suis Un petit soumis ♥
Messages : 15
Fiche de présentation : Moi

♥ INFO DU PERSONNAGE♥
Âge : 23 ans
Sexe: Homme
Groupe: Hybride XY Docile

MessageSujet: Ellys - Quand on ne voit plus à travers les yeux...   Jeu 9 Mai - 15:58


ELLYS


Nom : Se sera celui du maître ou de la maîtresse.
Prénom : Ellys
Âge : 23 ans
Sexe : Masculin
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Race : Hybride mi-homme mi-bouc.
Groupe : Docile
CARACTÈRE

Ellys est un homme relativement simple à comprendre. Il sait pertinemment, depuis qu’il est tout petit, qu’il n’est qu’un esclave, un simple jouet destiné à rendre quelqu’un heureux. C’est quelque chose dont il s’accommode très bien. Ellys vit cependant avec une philosophie de vie étrange : « Je le fais parce que j’en ai envie et comme je le veux ». Sans être rebelle, il lui arrive parfois de passer outre les ordres lorsqu’il juge inappropriés. Si un résultat lui semble correct en agissante de la façon X, il le fera comme il l’entend.
C’est le genre de chose qui attire souvent des ennuis à Ellys, mais quand on le connait, on se rend vite compte qu’il n’agit pas ainsi pour nuire à qui que se soit. Il aime agir et avoir bonne conscience. Pour un esclave, Ellys a toujours été élevé dans le respect du maître. Il aime faire plaisir à son détenteur, il aime se rendre utile.

Avant de commencer à perdre la vue, le passe-temps favoris d’Ellys était la lecture. Il adorait piger un livre dans une bibliothèque et en faire la lecture avant d’aller au lit. Malheureusement, depuis qu’il ne voit plus suffisamment, Ellys se rabat principalement sur l’espoir que quelqu’un puisse lui lire de temps en temps quelques passages. Cependant, il adore toujours autant cuisiner, bien que la plupart des gens craignent qu’il ne mettre le feu à quoi que se soit ou de se retrouver avec des aliments trop ou pas assez cuits. Cependant, Ellys s’est développé des techniques pour arriver à toujours cuisiner. Si on le laisse faire, on peut se retrouver assez impressionné par ses méthodes et les résultats.
D’ailleurs, il déteste qu’on le prenne pour quelqu’un qui est incapable de s’occuper de lui-même. Ellys connait parfaitement sa condition, il sait qu’il ne pourra plus jamais voir de nouveau de façon claire et qu’un jour, il n’y verra que du noir. Il déteste qu’on le prenne en pitié pour cela : il n’est ni le premier, ni le dernier à qui cela arrive. Sa condition décourage souvent les maîtres à l’acheter ou à le garder. Cela mine parfois un peu son moral, il aimerait qu’un jour on puisse trouver un moyen de lui rendre une vue normale, mais Ellys ne se fait d’espoir. Sa maladie est dégénérative et il sait que rien ne pourra en empêcher la progression.

Comme bien des gens dont la santé est parfois défaillante, Ellys déteste et craint les médecins. Bien que plusieurs médecins se soient montrés très gentils, Ellys a vécu plusieurs mauvaises expériences avec la majorité d’entre eux et dès qu’il peut s’éviter une visite chez le médecin, il le fait. Il ne supporte pas les aiguilles, l’odeur d’un hôpital, le sarrau blanc, les tests divers… Ellys est peut-être un homme, mais l’idée d’aller chez le médecin le fait agir comme un enfant effrayé.

C’est aussi un jeune homme très direct : il ne s’y prendra pas par quatre chemins pour expliquer ou dire ce qu’il pense. Il n’est pas du genre cachotier et n’aime pas non plus les secrets. Il est aussi quelqu’un qui s’emporte parfois trop facilement. Bien que d’ordinaire assez calme, n’allez le provoquer pour le plaisir parce qu’il se défendra sans ménagement. C’est probablement la facette la plus dérangeante, chez Ellys : son incapacité à parfois gérer sa colère. Il s’emporte, fort heureusement, assez rarement.

C’est aussi un hybride qui déteste parler de son passé. Il n’aime pas évoquer certains évènements de sa vie qui l’ont conduit, petit à petit, dans ce qu’il est à présent. Il peut se montrer parfois très mélancolique, très attristé et à la limite, parfois dépressif, quand il songe trop son passé. Il s’est cependant forgé une carapace au fil des années. Ellys arrive de plus en plus à en parler, mais avec un tel détachement, que cela en a fait frémir plus d’un. L’hybride se sent d’ailleurs toujours très torturé par tout ce qui a pu se passer, au courant de sa vie.

PHYSIQUE

On pourrait facilement s’imaginer qu’Ellys, vu son état de santé plutôt précaire, n’est qu’un jeune homme chétif au teint pâle comme la mort. Eh bien ce n’est pas tout à fait cela. Grâce à toutes ces années de servitude, Ellys s’est forgé un corps assez impressionnant compte-tenu de sa condition. N’ayant jamais pu rester au lit bien longtemps, le corps du jeune homme n’a pas eu d’autres choix que de suivre le rythme de vie de l’esclave et de se modeler. Ainsi, bien qu’on soit en présence d’un hybride dont la santé n’est pas très forte, on peut découvrir avec plaisir un corps bien musclé. Un corps qui pourrait rendre jaloux bien des jeunes hommes. Cependant, bien qu’il ne soit pas chétif comme on aurait pu s’y attendre, Ellys n’a jamais eu un teint de peau très foncé. Est-ce dû à sa santé ou bien au simple fait de son hybridation? On ne le saura probablement jamais. Il a beau être un esclave, passé beaucoup de son temps sous le soleil, mais il ne bronze presque jamais. La plupart du temps, il finit par ressembler à un homard plein de cloques avant de bronzer.

Quelques cicatrices parsèment le dos de l’hybride. Elles sont pour la plupart assez petites, mais certaines, bien plus longues. On remarque que certaines cicatrices ont eut du mal à cicatriser correctement : elles ne sont pas régulières et sont plus grosses et rouges que les autres. La majorité de celles-ci semblant avoir été causées par un fouet, bien qu’Ellys ne saurait pas laquelle a été faite quand et avec quoi. Ce n’est pas le genre de chose qu’il remarque.

Ellys possède une magnifique chevelure blanche. Un blanc immaculé, un blanc pur. Ses cheveux sont d’ailleurs très raides. Même par temps extrêmement humide, ses cheveux ne frisottent même pas. La crinière blanche d’Ellys lui arrive un peu plus bas que la pointe des omoplates. C’est d’ailleurs la chose que l’esclave aime le plus chez lui. La seule chose qu’il trouve superbe sur son corps. Il prend aussi un très grand soin de ses longs cheveux blancs : il prend la peine d’en faire les nœuds tous les jours et tente sans cesse de les garder propres.

Au sommet du crâne de l’hybride trônent deux cornes de bouc. Celle de droite doit mesurer près d’une vingtaine de centimètres de longueur alors que celle de gauche est cassée tout près de la base. Elle s’est brisée suite à une bagarre et n’a jamais pu être réparée. Elle n’a d’ailleurs jamais repoussé non plus. Ellys n’est pas fier de cet horrible gâchis, et en général, il préfère tenter de cacher sa corne cassée à l’aide de veston avec un capuchon.
Les cornes du jeune homme sont d’un brun-rougeâtre très sombre. Cela crée un étrange contraste entre son teint très pâle et ses cornes, mais le premier maître d’Ellys lui disait toujours que cela lui donnait un certain charme. L’œil pouvait presque être attiré par ce mélange si étrange.

Chance ou malchance, Ellys a été relativement bien gâté par la nature. Lorsqu’on regarde les traits de son visage, le premier mot qui nous vient à l’esprit est « beau ». L’esclave possède un visage harmonieux, des traits délicats, de fines lèvres, un nez petit et court. Son menton est peut-être un brin trop anguleux, donnant un air un peu maigrelet au visage du jeune homme, mais personne ne peut être « parfait ».
Mais ce qui frappe les gens, en général, se sont les yeux d’Ellys. À l’origine, ils étaient d’un magnifique bleu tirant légèrement sur le gris. Mais à présent, ils ont l’air pratiquement blanc. Atteint d’une maladie, le jeune homme perd graduellement sa capacité à voir ce qui l’entoure. Sa maladie avance relativement lentement, mais au stade où il en est, il n’arrive qu’à distinguer les couleurs et les formes. En général, s’il n’a pas un bandeau sur les yeux, il tente de les garder fermé autant que possible, sachant qu’en général, son regard rend les gens mal à l’aise.

Pour un hybride mâle, Ellys n’est pas très grand. Il doit mesurer dans les alentours du mètre soixante-quinze. Il n’y a rien de bien impressionnant chez ce jeune homme, si ce n’est qu’il est un peu pâle, des yeux quasi-aveugles et une corne cassée. Il n’est pas le genre d’homme qui effrayera les gens par son physique ou sa façon de vivre. De plus, Ellys est très souvent malade. Il a toujours été maladif, il ne faudra donc pas s’étonner de lui voir assez souvent un air fiévreux.

HISTOIRE

Ellys naquit, comme tous ses compatriotes hybrides, dans un laboratoire. Être mi-homme, mi-bouc, il n’était pas aussi attrayant que ces adorables petits Nekos ou encore ces jolies petites hermines! Cependant, Ellys avait déjà, à ce moment-là, un propriétaire : un jeune homme qui arrivait à peine vers ses trente ans. Il n’avait pas d’enfants et ne pourrait jamais en avoir non plus. Il avait donc eu la brillante idée de recueillir chez lui un petit hybride qu’il pourrait élever comme son enfant. Enfin, presque comme son propre enfant.

Dès son plus jeune âge, son maître lui plaça un livre entre les mains pour lui en faire la lecture, lui apprenant aussi cette chose précieuse par la même occasion. L’hybride apprit aussi à écrire et à compter. Il apprit à respecter son maître et à l’aimer comme un père. Son maître lui enseigna aussi sa place, ainsi que ses droits et obligations. Il était d’abord et avant tout la propriété de quelqu’un, mais cela ne l’obligeait en rien d’obéir aveuglément. C’est ainsi que le jeune Ellys grandit, dans cet état d’esprit.

La seule chose que déplorait le maître du jeune hybride, c’était sa santé toujours un peu précaire. Il tombait souvent malade. S’il avait le malheur d’entrer en contact avec quelqu’un ayant un rhume ou une grippe, il l’attrapait à coup sûr. Ellys n’a jamais aimé les visites chez le médecin et cette situation n’a jamais vraiment arrangé son cas. Bien que certains aient été très corrects, d’autres ont eu raison de ses peurs d’enfants. Aujourd’hui encore, il haït les médecins.

Sa vie fut paisible. Son enfance fut à peu près normale. Mais les choses commencèrent à chambouler quand il atteignit l’adolescence. Son maître se querellait souvent avec des hommes et des femmes venant pour des affaires importantes. Ellys n’avait jamais porté une réellement attention quant à tout cela. Il n’était pas du genre à se mêler de ce genre de choses. Mais il détestait ces gens qui venaient à la maison. Ils le regardaient d’un air hautain, attendant presque le jeune esclave aille leur astiquer leurs bottes en plus de leur servir quelques commodités comme de l’eau et quelques petites bouchées à dévorer. Heureusement, la plupart du temps, ces rencontres mouvementées ne duraient en général pas plus d’une heure ou deux. Ils parlaient toujours d’argent, de dettes, de jeu, de paris… des choses bien ennuyantes!

Et c’est aussi à cette période de sa vie que ses yeux commencèrent à lui faire défaut. Il se plaignait toujours que les petits textes étaient flous. Le maître cru d’abord que son jeune hybride aurait besoin de verres correcteurs, mais au fil des mois et des années, sa vision diminua encore et sans cesse… jusqu’au fameux diagnostic. Une maladie dégénérative qui le priverait un jour complètement de la vision. Il avait treize ans, à cette époque. Un dur choc pour les deux protagonistes. Le maître ne comprenait pas ce qui avait pu clocher à ce point chez son jeune hybride et d’où sortait cette maladie… et l’esclave réalisait à quel point l’idée d’être complètement plongé dans le noir l’effrayait.

Et le temps passa encore. La vision plus trouble d’année en année, Ellys finit par se faire à l’idée de perdre un jour ce sens. Il dû réapprendre petit à petit, à modifier ses habitudes, à bien mémoriser chaque détail de chaque décor pour éviter de se prendre les pieds dans les plats.

Et de plus en plus souvent, son maître lui annonçait que pour ce mois-ci, ils devraient se serrer la ceinture parce que l’argent manquait. Ces hommes et ces femmes étranges venaient aussi de plus en plus souvent, mais les enveloppes d’argent s’échangeaient de moins en moins… et les querelles étaient plus fortes que jamais.

Le temps passa, encore et encore et encore. La vie suivait son cours. Ellys grandissait et se développait. Il avait 20 ans, quand il eu l’impression que sa vie s’arrêta complètement, comme si on venait de signer la mort de son âme avant celle de son corps. Il était allé faire des courses, ce matin-là. Il avait quelques articles à acheter, rien de très long à aller chercher, mais suffisamment pour lui prendre presque deux heures de son temps. Midi sonnait pratiquement quand il cogna à la porte de la maison de son maître. Aucune réponse. Il entra, constatant que la porte n’était pas fermée à clé. Le corps de son maître baignait dans une mare de sang, non loin de l’entrée et des bruits de fracas se firent entendre dans la chambre du maître. Ellys perdit tout contrôle de lui-même et se rua sur les voleurs et assassins de son maître. La bagarre fut violente… si violente que se furent les voisins qui contactèrent la police afin qu’on vienne mettre le calme dans le quartier.
Les autorités découvrir rapidement le cadavre du maître d’Ellys ainsi que celui d’un autre homme. L’esclave, quant à lui, était vivant mais salement amoché : une corne cassée, ainsi qu’un bras. Des ecchymoses un peu partout et une lèvre fendue.

On le fit brièvement soigné et on l’expédia à l’animalerie. Il était suspecté dans la mort de son propre maître et dans celle de l’homme gisant dans la chambre. Le laisser en vie à ce moment là, ce fut probablement la pire des punitions qui puissent exister, aux yeux d’Ellys. Il mit près d’une année entière avant de recommencer à sourire de temps en temps, tant le malheur de la mort tragique de son maître et le meurtre qu’il avait commit le hantait. Il n’eût cependant pas de quoi s’ennuyer, pendant toutes ces années. Il passa de maîtres en maîtresses sans jamais que personne ne le garde plus de quelques mois. Il rencontra des gens horribles et des gens bien doux. Mais jamais personne n’osait se munir d’un esclave tombant trop souvent malade ou qui finirait complètement aveugle.

Aujourd’hui, Ellys ne vaut plus rien. Malade et mal nourrit, il craint depuis déjà plusieurs semaines de mourir à la fourrière, comme tant d’autres avant lui…

Pseudo/Prénom : Ellys
Âge : 23 Smile
Code du règlement : Code Validé, By Candice ♥️
Un commentaire a nous faire part ? La reprise de NP sous un autre contexte ?
Copyright ©Human Puppet ; Toute reproduction partielle ou complète est interdite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatarJe suis Invité
Et je suis Invité

MessageSujet: Re: Ellys - Quand on ne voit plus à travers les yeux...   Jeu 9 Mai - 16:24



CONGRATULATION ♥ !



Bienvenue a toi sur le forum ♥ ça fait plaisir de te revoir. Comme j'ai dis sur la CB, tu écris super bien, j'avais oublié a quel point ta fiche est un délice a lire, Je te valide. Félicitation ♥ Tu peux maintenant :

- Faire tes divers recensements : Recensement des avatars, Recensement des métiers

- Faire tes demandes de RP's

- Participer a la vie du forum et bien entendu, t'amuser le plus longtemps possible parmi nous.

Si tu as des questions, n'hésite pas a contacter un membre du staff. A bientôt ♥.

Revenir en haut Aller en bas
 

Ellys - Quand on ne voit plus à travers les yeux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment s'occuper quand on ne voit pas "Elisa"?
» Darren Aronofsky dit que "Noé" mettra en avant ce qui a été "censuré" dans notre éducation religieuse/la Bd Noé
» Ta beauté flirte avec mes yeux
» Pourquoi alice ne voit pas bella quand elle s'approche des gars du bar à Port Angelès?
» quand on est amoureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Human Puppet :: Présentations des hybrides :: PRESENTATIONS VALIDEES-