"Nos vies ne nous appartiennent pas. De la matrice au tombeau, nous sommes liés aux autres."


Partagez | 
 

 "Nos vies ne nous appartiennent pas. De la matrice au tombeau, nous sommes liés aux autres."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatarJe suis Invité
Et je suis Invité

MessageSujet: "Nos vies ne nous appartiennent pas. De la matrice au tombeau, nous sommes liés aux autres."   Mer 24 Avr - 20:54


CANDICE


Nom : Keegan ? *-*.
Prénom : Candice, d'où son surnom, le bonbon bleu.
Âge : Elle a récemment entamée sa 18eme année de vie.
Sexe : *Soulève sa jupe et laisse voir sa culotte* ça vous suffit ? è.é
Orientation sexuelle : Laekinsexuelle.
Race : Un chaton.
Groupe : Docile.
CARACTÈRE

Candice est ce que l'on pourrait appeler une explosion de couleurs et de sensation dans la vie si sobre, si morne que nous vivons actuellement. Pétillante et joueuse, cette hybride possède une joie de vivre sans limite qui est le plus souvent contagieux pour les personnes qu'elle côtoie. Nous n'irons pas jusqu'à dire que grâce a elle, nous voyons la vie en rose, mais presque. Mais finalement, derrière son sourire qui ferait craquer même un cœur de pierre se cache bien des mystères et des secrets qu'elle ne dévoile qu'a son meilleur ami, une couette du nom de "Shoumi" qui lui sert a la fois de doudou mais également de jardin secret. Plutôt enfantine sur les bords, Candice ne fait pas son âge aux premiers abords. Capricieuse comme une enfant, elle pourrait bouder des heures pour obtenir ce qu'elle veut, très têtue, il peut lui arriver de n'en faire qu'a sa tête. Face aux humains, la petite hybride est assez farouche et peureuse, elle ne se laisse pas facilement approcher ou aborder. Il lui faudra du temps pour que vous gagniez finalement sa confiance et qu'elle se persuade enfin que vous n'allez pas la faire rôtir dans un four.

Candice porte très bien ses gênes de chat, autant pour le fait qu'elle soit extrêmement maladroite, mais également le fait qu'elle n'aime pas l'eau. Allez essayer de lui faire prendre un bain tient. Le plus dur sera de la faire entrer dedans, une fois qu'elle y est, elle n'y ressort plus. Elle déteste également qu'on lui cris dessus ou qu'on fasse des gestes brusques face a elle, non seulement ça l'énerve, mais en plus, vous vous transformez en un gros ogre pas gentil a ses yeux. On pourrait croire suite a cette description que la petite chatte n'a que des défauts, mais c'est faux. Très câline et affective, elle vous suivra et ne vous lâchera pas, tel un pot de glue. Bien qu'elle soit maladroite, elle sait extrêmement bien faire la cuisine, on pourrait presque dire d'elle qu'elle est une cordon bleue.

Sous ce rôle de fille joyeuse que la petite Candice montre toujours se cache de nombreuses facettes. En effet, la jeune femme est en fait quelqu'un de très mélancolique, qui rêve de revoir un jour sa liberté et surtout sa famille. Elle ne se doute cependant pas que toute sa famille s'est faite décimée après qu'elle se soit faite attrapée. Rêveuse, elle espère voir un jour un monde où humains et hybrides pourraient vivre égaux. Enfin, sous ses airs de saintes ni touche, Candice est en fait une vrai petite obsédée qui ne se privera pas de nous reluquer a la moindre petite opportunité.

PHYSIQUE

Soucieuse de voir comment elle était ce matin là, elle pris le petit miroir de fortune que l'animalerie lui permettait de posséder. Elle se contempla silencieusement. Elle analysa son propre physique, prête a s'énerver au moindre défaut. Elle passa ses doigts fins entres les mèches de ses cheveux bleus pour les peigner. Manquant fortement de soin, ils étaient devenus fragiles et abîmés. Ses cheveux étaient le plus souvent la première chose qui amenait un client a se pointer devant la cage du petit chaton. Il fallait l'avouer, ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait croiser une hybride aux cheveux bleus pétants. Ceux-ci lui tombaient jusqu'aux mollets pratiquement, et parmi eux, bien dressées sur le haut de son crâne, deux petites oreilles blanche comme la neige, pelucheuses et douces au touché. Finalement, elle ne s'est pas trop attardé sur ses cheveux et a observé son visage. Plutôt rondouillet, assez enfantin, mais tellement craquant. Elle toucha l'une de ses joues du bout des doigts, elle était légèrement rosé, une couleur vive qui s'accordait plutôt bien au teint pâle de la petite créature. Les yeux de son reflet vinrent se planter dans les siens. Son regard, a la fois doux et joueur, était d'un bleu si perçant, qu'on avait l'impression de s'y noyer dedans. Appréciant cette vision, Candice sourit, cela la rendait d'autant plus mignonne. Elle décida de reposer le miroir pour dormir un peu.

Doucement, elle vint donc coller son petit corps au fond de la cage, contre les barreaux. Elle était très petite, environ 1m50 ou 55 peut être, pour un poids plume. A première vue, elle paraissait fébrile. Pour se tenir plus chaud, elle enroula lentement sa petite queue féline contre elle. Elle était blanche, comme ses oreilles, reliée a la colonne vertébrale. En tout cas, elle lui tenait bien chaud par les périodes d'hivers. En effet, l'animalerie ne lui avait pas donné de nouveau vêtements et de ce fait elle avait gardé ceux que son ancien "maître" lui avait mis. C'est a dire une chemise blanche, trop grande pour elle, accompagnée d'un petit nœud papillon rouge. Le bas de son corps quand a lui était vêtu d'une petite jupe écossaise, des chaussettes montantes lui couvrait une bonne partie des jambes. Sa tenue rappelait en fait celle que les écolières portaient a Perfect Town. Simple goût, ou un fantasme de son ancien propriétaire ? Nous ne le saurons probablement jamais. Sur ces dernières pensées, Candice s'endormit profondément et commença a rêver d'un monde meilleur.

HISTOIRE

Cachée dans le buissons de la grande forêt qui bordait Perfect Town, une hybride, couchée sur le dos, elle avait l'air souffrante. Son ventre, rond, laissait penser qu'elle allait bientôt accoucher. Sa respiration était saccadée, son poux accéléré, des gouttes de sueur perlaient sur son front. A ses côtés, un autre hybride, un mâle, il lui tenait la main pour l'accompagner dans cette dur épreuve tandis que les autres membres de la famille attendaient l'arrivée de l'enfant. L'évènement se prépara doucement, la femelle perdit les eaux et des contractions virent la faire hurler de douleur, le ou la futur dirigeant de la troupe allait bientôt arriver en ce monde.

Cela du bien mettre au moins deux heures avant que le poupon puisse enfin sortir et avaler ses premières goulées d'air en poussant ses premiers cris. La mère quand a elle, avant reposé sa tête a terre, épuisée par ce travail et par la souffrance qu'elle avait enduré. Les autres membres de la famille, eux, s'approchaient du père, curieux de voir a quoi ressemblait la petite chose. Le père lui, tenait tendrement le petit corps fragile de sa fille. Un mignon petit bébé, aux minuscules oreilles de chats blanches et aux petit poils bleus qui se battaient sur son crâne. Elle était mignonne, tenant fermement dans ses mains le tissu de la chemise de son père. Mishka, c'est ainsi qu'elle fut baptisée, la futur chef de cette petite famille, princesse aux yeux de tous.

Les années passèrent, Mishka grandit, elle atteins l'âge de 5 ans. Plus elle prenait de l'âge et plus ses parents étaient fières devant sa beauté. Elle avait de magnifiques cheveux bleu, une couleur peu commune et plutôt étrange puisque aucun de ses deux parents n'avaient une telle couleur de cheveux. Toute la tribu était attendrit par cette petite qui avait presque encore du mal a se tenir debout par moment. Elle avait le don d'apporter la joie dans le petit clan mais aussi la bonne humeur et de la tendresse, une perle rare. La tribu, des hybrides chats était en fait un groupe d'hybrides rebelles qui avaient décidés de s'unir face aux humains. Cela faisait maintenant quelques années qu'ils vivaient dans cette forêt. Souvent traqués par les humains, ils essayaient toujours de rester discret et loin de la communauté.

Cependant, ils allaient apprendre très vite que dans ce monde, rien n'est juste. Un beau jour, tendis que la tribu s'apprêtaient a lever le camp, il fut pris d'assaut par un groupe d'humain, chasseurs de tête. La mère de Mishka, réussit a prendre la petite et s'enfuit le plus loin possible, coursée par deux humains. Elle ne voulait pas que sa petite connaisse ces guerres et se retrouve enfermée, ou pire. Elle décida de sacrifier sa liberté pour elle. Ayant une petite longueur d'avance sur les deux humains, elle posa la petite a terre, paniquée, elle poussa la petite.

-"Sauve toi Mishka! cours mon enfant ! Pitié ! Cours! et profite de la liberté aussi longtemps que tu le pourras!"

La petite regarda d'abord sa mère, hésitante, puis, commença a courir maladroitement, manquant de trébucher a plusieurs reprises. Il ne fallu pas longtemps avant que les deux hommes rattrapent sa mère, nous ne savons pas ce qu'il se passa, ni même ce qu'il advint de la tribu. Mishka quand a elle, continua de courir, effrayée par ces créatures qui avaient attaquées sa mère. Elle n'avait encore jamais vu ces bipèdes. Lorsqu'elle n'eut plus de souffle, elle s'arrêta, laissant son petit corps tomber a terre. Épuisée, elle ferma les yeux et s’endormit au beau milieu de la forêt.

[...]

Quelque chose de froid sous son corps la réveilla, doucement, elle ouvrit les yeux. Des barreaux autour d'elle, une pièce aux mur blancs et a la lumière tamisée, mais où était-elle ? Terrorisée, elle commença a se tortiller dans sa cage, frappant contre les barreaux jusqu'à ce qu'un homme entre. Il avait un air froid collé au visage et une longue blouse blanche par dessus ses vêtements. Ses parents lui avaient appris a lir très jeune, ainsi, elle plissa les yeux et essaya de lire la plaque que l'homme avait accroché a sa blouse.

"Andrew Compton
Scientifique du laboratoire génétique"

Un laboratoire ? C'était quoi ? Et puis, pourquoi elle était là ? Comment s'était-elle retrouvée ici alors qu'elle était en pleine forêt ? Des tas de questions se bousculèrent dans sa tête, mais aucune réponse. A ce moment là, elle se sentait seule, perdu. Mais rapidement, un sentiment de peur vint s'installer lorsque l'homme ouvrit sa cage. Elle se colla bien au fond, contre les barreaux, son corps tout tremblotant tandis que l'homme tendait le bras pour l'attraper. Par peur, et surtout pour se défendre, elle lui donna un coup de griffe sur le dessus de la main, ce qui agaça l'humain qui finalement la tira par la queue pour la faire sortir. Poussant un gémissement plaintif, la petite hybride essaya de se débattre du mieux qu'elle pu, en vain. Rapidement, on l'attacha sur une table, de la même matière froid que sa cage. Elle ne pouvait plus bouger, crier ne lui servait a rien, personne ne viendrait.

L'humain revint avec plusieurs objets. Une table remplie de différentes seringues contenant différentes substance, un espèce d'appareil, surement pour enregistrer sa voix, puis un calpin avec une liste de chose écrient dessus. Il amena l'appareil a sa bouche puis dit d'une voix calme.

-"Sujet numéro 50 - Hybride chat, blanche - A en croire son apparence nous évaluons sont âge a 4 ou 5 ans. Sexe féminin. Spécimen intéressant notamment par sa couleur capillaire. Trouvée en pleine forêt nous ignorons son prénom. Elle sera nommée Candice."


Candice ? Non! elle s'était Mishka! Elle ouvrit légèrement la bouche pour parler et dire son prénom quand une aiguille se planta progressivement dans son bras, la faisant finalement hurler de douleur. Une substance étrange et pâteuse se déversa dans son corps. Elle se tortilla dans tous les sens en sanglotant, elle avait des sensations de brulures dans tous le corps. Mais quel était ce produit ?! L'homme se contenta simplement de regarder sa réaction, puis l'écrivis dans son bloc note. Elle du endurer encore cinq piqures similaires mais qui lui apportaient chacune des douleurs différentes, souffrant le martyr, elle ne comprenait pas pourquoi on lui faisait ça. Finalement, l'homme se contenta de lui prendre un peu de sang puis la remit dans sa cage.

La petite hybride cru d'abord qu'ils allaient la laisser tranquille a présent, mais non. Tous les jours on lui faisait refaire des tests différents et tout douloureux pour son corps encore fébrile. Elle se demandait quand son calvaire allait enfin terminer. Les années passèrent, les substances continuaient peu a peu a détruire son corps, si bien qu'elle n’espérait plus ressortir d'ici un jour. Pendant ces années, elle avait également subi un dressage a la dur. Sous les coups et les humiliation, on l'avait contraint d'oublier définitivement son ancien prénom pour "Candice". Elle appris qu'il fallait respecter les humains, car ils étaient au dessus d'elle et qu'ils étaient comme des dieux pour elle. Bien entendu, elle fut au début réticente, puis a force de recevoir des coups, elle se plia aux exigences de ses tortionnaires.

Elle venait tout juste d'atteindre ses 18 ans quand un miracle se produisit. Il faisait nuit, elle était là, couchée dans sa cage. Cela faisait plusieurs jours que les humains ne lui avait pas fait de test. Surement parce qu'ils avaient remarqué qu'elle se laissait mourir tout simplement. Mais elle savait qu'ainsi elle ne leur servait plus a rien, si sa seule porte de sortie était la mort, et bien elle avait décidé de tout faire pour que ces scientifiques fou veuillent la tuer. Mais Candice n'était pas la seule hybride dans ce cas, un des hybrides justement, très rebelle depuis son arrivée, avait réussi dans la journée a voler la clé de sa cage. Il réussis a sortir, et profitant de l'occasion, il libèra les autres. Candice vit enfin la porte de sa cage s'ouvrir et pourtant, elle ne bougea pas d'un pouce. Avait-elle perdu son éternelle goût de vivre ? Surement. Puis elle reffléchit un instant et se dit que tout n'était peut être pas perdu, elle avait encore sa tribu, qui l'attendait dans la forêt, du moins, c'est ce qu'elle pensait.

Elle rassembla le peu de force qu'il lui restait et se mit a courir, aussi vite, aussi loin qu'elle pu. Enfin, elle sortait de cet enfer. Les jours qui suivirent, elle essaya de retrouver les siens, mais n'ayant presque jamais été en liberté, elle n'arrivait pas a subvenir a ses besoins en pleine nature. Elle s'aventura en douce dans la communauté pour trouver a manger puis repartir comme si de rien n'était. Mais tout ne se passa pas comme prévu. Ne passant pas inaperçue avec sa couleur de cheveux et ses oreilles de chats qu'elle n'avait pas pris la peine de cacher, Candice se fit attraper une nouvelle fois. Pas par les scientifiques cette fois. Les gens qui l'avaient attrapé avaient l'air moins froids, moins durs. Ils eurent même de la pitié en la voyant dans l'état où elle était.

Toujours vêtue de la tenue que les scientifiques lui avaient donné, elle fut envoyée dans une boutique où d'autres hybrides étaient en cage. Elle eut tout d'abord peur de devoir subir les même choses que lorsqu'elle était enfermée, mais non. On la soigna, la nourrit et on lui offrit même une grosse couverture qu'elle adora. Depuis, elle n'a toujours pas trouvé de maître pour l'adopter. Bien qu'elle soit attirante de par sa couleur capillaire, elle reste très peureuse et farouche face aux humains, ce qui a le don de repousser de potentiels maîtres.

Pseudo/Prénom : Piouf, il y en a tellement -w-.
Âge : 17 ans et tous mes cheveux..Ah c'est pas ça ?
Code du règlement : Moi j'suis une rebelle, je lis pas les règles t'a vu !
Un commentaire a nous faire part ? Laekin est a moi, tu le touche, j'te bouffe °_°
Copyright ©Human Puppet ; Toute reproduction partielle ou complète est interdite.
Revenir en haut Aller en bas
 

"Nos vies ne nous appartiennent pas. De la matrice au tombeau, nous sommes liés aux autres."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment nous appellons nous?
» [Sardou, Romain] Délivrez-nous du mal
» C'était nous - Bokura Ga Ita
» Gilles ARCHAMBAULT (Canada/Québec)
» Denis MORISSET (Canada/Québec)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Human Puppet :: Archives :: FICHES-